J'ai acheté le dernier Valerie Tuong Cuong sur les conseils de Laure, lectrice de mon blog, qui me l'avait vivement recommandé. Je cherchais une lecture pour les vacances et les quelques lignes de la quatrième de couverture avaient terminé de me décider alors même que je n'avais pas eu la curiosité de m'enquérir du thème de ce livre ou plutôt que je l'avais supposé en lisant ces quelques lignes et que j'allais rapidement  découvrir que je m'étais complètement fourvoyée !
"Par amour, n'importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l'autre et plus encore que pour soi même ".
Il s'agit d'une histoire d'amour en effet mais il s'agit  surtout de la seconde guerre mondiale et des terribles dommages collatéraux qu'elle a pu causer au sein des familles ...en entraînant la séparation des couples , mais aussi des parents avec leurs enfants ... Ce livre permet de comprendre que même lorsque la population n'était pas au cœur du conflit elle en subissait les conséquences , que la guerre ce n'était pas uniquement des soldats fusil au poing, des chars ou des bombardements c'était beaucoup plus sournois , insidieux que ça ... prenant pour narrateur tour à tour chaque protagoniste de l'histoire ( une famille composée de deux sœurs, leurs maris et leurs deux enfants respectifs) l'auteur permet ainsi de ne pas se limiter à un seul point  de vue, un seul ressenti .
Un très beau livre qui permet de se mettre dans le contexte et qui montre que plus de 60 ans plus tard l'histoire n'est qu'un triste continuum.
"la vérité c'est que je me mentais à moi même, et mon mensonge m'explosait au visage. Des gens capables d'interdire à d'autres d'exercer un métier, de téléphoner, de faire leurs courses, d'aller au spectacle, au musée, à la piscine, au café, au restaurant et même en bibliothèque, capables de leur confisquer leurs postes de radio ou leurs bicyclettes, de les dépouiller de tous leurs biens, de les recenser et de les mesurer, de leur coller une étoile jaune sur la poitrine, des gens capables de les humilier, de les moquer, de les piétiner, capables de barrer leurs cartes d'identités ou d'alimentation de la mention "juif", comme s'ils n'étaient pas, comme s'ils n'étaient plus nos compatriotes, comme s'ils étaient moins que nous autres, et tout cela, pour une question de religion?
Ces gens là ne pouvaient pas avoir d'autres projets pour les enfants que de les tuer ou de les réduire en esclavage. Voilà d'où venait ma rage"...

Commentaires

Anonyme a dit…
Je m'appelle Laure et également lectrice de votre blog.
Cette histoire me parle car j'ai justement entendu récemment une histoire de famille ayant trait aux dommages collatéraux de guerre et l'auteur disait que les dommages n'étaient pas que sur le front.
En effet, je fais partie de la commission histoire de ma commune et l'un des membres racontait autour de la table que dans sa famille, deux frères étaient partis à la guerre, laissant femme et enfants. L'une des épouses reçoit une lettre lui annonçant que son mari est décédé et porte alors le deuil. Puis beaucoup plus tard, l'autre femme reçoit un courrier lui demandant de venir chercher son mari à la gare, ce qu'elle fait, mais ce n'était pas son mari en fait, mais son beau-frère; c'était elle qui était veuve en réalité. Une simple erreur de prénom. Les prénoms des deux frères avaient été inversés. Le choc pour ces deux femmes! Et encore, heureusement que la première ne s'était pas remariée et n'avait pas fondé une autre famille.
Anonyme a dit…
ah si seulement ces mots pouvaient raisonner d'ici le prochain tour des élections...

lolabelle
@Laure
Voila en effet le genre d'histoire que l'on découvre dans ce livre (une famille croit ses enfants morts alors qu'ils n'étaient finalement pas sur le bateau qu'ils devaient prendre et qui a fait naufrage et ils n'apprendront la vérité par hasard qu'au bout d'une annee!!!)
Mais aussi tellement d'autres choses qui ont pu avoir un impact psychologique sur tous ces gens et modifier pour toujours ce qu'ils étaient ...
@Lolabelle
À qui le dis tu !!!!
Anonyme a dit…
Contente que tu aies apprécié ce très beau roman. Je me permettrai donc de continuer à te faire part de mes coups de coeur ! J'ai dévalisé médiathèque pour ce long WE ou la météo ne s'annonce pas terrible à Paris ! Bonne fin de semaine. Laure

Articles les plus consultés