"Ici, en contre-haut se trouvait un village musée, pour lecteurs de Pagnol. Il n'y avait pas un seul paysan mais des dames Anglaises. Elles se promenaient avec des chapeaux de paille en s'extasiant de la lumière. Entre les deux, sur le versant, des forêts vides où serpentait le lierre. Là quelque chose, un chemin noir, menait quelque part. Il pouvait conduire vers une ruine, une écurie, une clairière. Ce serait un bon début. Une fissure dans le présent."
Sylvain Tesson, sur les chemins noirs.
(ici, Bonnieux, mai 2017)

Commentaires

Ange porte 33 a dit…
Qu'est ce que j'aime ces maisons de Pierre et ces volets bleus , le parfum de figue dans les chemins de terre menant peut être à la grande bleue et au creux d'un sentier, s'asseoir sur l'herbe folle, caressait par la lumiere du soleil et écoutait les cigales nous chanter une berceuse....merci pour ces magnifique photos au parfum de flâneries et un peu de vacances....
@ange porte
Merci Angé pour ce commentaire plein de poésie je t'embrasse

Articles les plus consultés