Je termine "Mange, prie, aime «  d’Elizabeth Gilbert et reste sur un sentiment plutôt mitigé !
Pour reprendre l’expression de Sandrine, ce livre pourrait être l’ancêtre des actuels feel good books. Une histoire où il est question d’une américaine qui suite à son divorce et une relation raté prend une année sabbatique pour partir à la recherche d’elle même. Adepte de yoga, elle va d’abord aller en Italie où elle va profiter des plaisirs de bouche et apprendre la langue (mange), puis elle ira dans un ashram en Inde pour tenter de trouver Dieu (prie), et enfin elle va tenter de concilier le tout, de trouver son équilibre en Indonésie où elle finira par retrouver l’amour (aime).
Peut être n’ai je pas accroché car comme le dit l’auteur dans le live « je me souviens avoir pensé que j’étais trop cérébrale, pas assez intuitive, et que mon chemin de dévotion serait probablement plus intellectuel qu’ésotérique », peut être en effet que ma manière de trouver mon équilibre est tellement lointaine de ce qui est décrit dans ce livre que je ne m’y reconnais pas…
Toute fois j’ai aimé forcément certains passages comme les deux suivants:

« De multiples aspects de ma destinée échappent à mon contrôle, mais d’autres relèvent, eux, entièrement de ma juridiction. En achetant certains billets de loterie, je peux augmenter mes chances d’obtenir satisfaction. Je peux décider à quoi occuper mon temps, qui fréquenter, avec qui partager mon corps, ma vie, mon argent, mon énergie. Je peux sélectionner ce que je mange, ce que je lis, ce que j’étudie. Je peux choisir l’angle sous lequel je vais considérer les évènements malheureux de ma vie-choisir de les voir comme des malédictions, ou des opportunités. Et, de temps à autre, quand j’échoue à me hisser jusqu’au point de vue le plus optimiste parce que je m’apitoie trop sur moi même, je peux choisir de persévérer dans mon effort pour modifier mon point de vue »…
« Je ne cesse de me remémorer un des enseignements de mon guru à propos du bonheur. Elle dit que les gens, universellement ont tendance à penser que le bonheur est un coup de chance, un état qui leur tombera peut être dessus sans crier gare, comme le beau temps. Mais le bonheur ne marche pas ainsi. Il est la conséquence d’un effort personnel. On se bat, on lutte pour le trouver, on le traque, et même parfois jusqu’au bout du monde. Chacun doit s’activer pour faire advenir les manifestations de sa grâce. Et une fois qu’on atteint cet état de bonheur, on doit le faire perdurer sans jamais céder à la négligence, on doit fournir un formidable effort et nager sans relâche dans ce bonheur, toujours plus haut, pour flotter sur ces crêtes… »

Un livre certes avec de « bonnes ondes » mais un peu trop « à l’américaine » à mon goût!


Commentaires

MLGIGI a dit…
Je l'avais commencé mais ça m'a vite saoulée...
En revanche, un peu dans la même veine Les Dieux voyagent toujours incognito m'avait plu.
Bisous
Anonyme a dit…
Je partage les avis, j'avais bcp aimé le film : le mange en Italie :-)le seul pays où je rentre avec des kilos en plus, en Inde sans chocolat et peu de protéines, je perds !! mais je n'ai pas accroché au livre.
Bises, Delph de Vendée
@mlgigi @delohine
On m'a conseillé de regarder le film apparemment mieux que le livre ... pour le moment je n'en ai guère envie 😬
Par contre je ne connais pas le livre que tu cites Marie, je vais jeter un œil...
Bonne soirée
adeline a dit…
lorsqu'il était sorti, j'avais été tenter de le lire mais au vu de ton retour, je crois que cela ne va pas me convenir... beaucoup d'autres pistes de lecture en ce moment et peu de temps... toujours agréables tes avis lectures
Josephyne G. a dit…
J'ai lu ce ivre en 2010...mon premier été dans le sud. J'étais si malade à l'poque que je passais mes journées au fond d'un hamac pour oublier la douleur et la fatigue et la douleur. Alors...ce livre a été ma bouffée d'oxygène et d'évasion. Et puis....il réunissait 3 régions du monde que j'aime, me fascinent, où j'ai été ou bien...où je rêve de me rendre. Et....je pense qu'il correspondait à un moment charnière de ma vie, fait de changement , où je devais saisir moi aussi ma vie par les rênes. Entre moi et l'héroïne il y a eu un jeu de miroirs en fait. Je ne dirais donc pas que ce roman était nul. Je pense qu'il faut s'y retrouver, ne serait-ce (comme tu l'as fait) qu'à travers quelques passages.

Bien sûr le style reste très "américain"...je parle d'écriture, avis de pure littéraire. Mais on se laisse entraîner par le parcours et le cheminement du personnage.

Je te conseille le film...j'ai trouvé qu'il était très complémentaire. Pour deux raisons: Les paysages et ...la bande son (que j'ai d'ailleurs achetée à la sortie du film)...et puis...pour Javier B. !!!!!! ha ha !!!!
@josephyne g
C'est exactement ce que je pense ... pour que tu accroches à un livre je crois qu'il faut le lire au bon moment , il faut que ça te parle ... c'est ainsi que des livres qu'on nous a force à lire à l'adolescence prennent une autre dimension à l'âge adulte par exemple . J'entends tout à fait ce que tu me dis, c'est le genre de chose que j'ai ressenti à la lecture de certains livre , mais pas de celui ci.
Anonyme a dit…
Notre vécu , notre sensibilité ,notre état d'esprit influencent notre appréciation .À l'époque de la sortie du film : j'avais hésité à lire le livre pour finalement ne pas le faire... J'avoue , les auteurs américains j'accroche pas trop .. Bises virtuelles. Fab.Gard
@fab
Complètement d'accord avec toi
Bises
Triskell a dit…
Pas pu finir.
Mal écrit, ou mal traduit je ne sais pas, en tous cas il ne m'a fait aucun bien, plutôt agacée d'avoir à l'époque cru aux critiques, perdu du temps et de l'argent.
@triskell
Je n'ai pas accroché non plus ...
Peut être pas assez ancré dans une "vraie vie" où il semble deja difficile d'appuyer comme ça sur pause pendant une annee . Pas assez proche des choses qui personnellement m'apaisent ( Et dont la méditation ou les croyances ne font pas partie, pas sous cette forme en tout cas), et puis un peu gnan gnan bref... pour moi sans intérêt .

Articles les plus consultés