J’ai lu…
J’ai lu Lisa, j’ai lu vos voeux et une bonne partie de Croire au merveilleux de Christophe Ono dit Biot…
J’ai lu pas mal d’avis sur une démarche qui me tient à coeur…enfin…oui, non , je sais pas …
J’ai lu que les blogs c’était avant, et je me suis dit qu’en effet…on entendait presque l’écho par là…
Mais comme pour tant de choses, je mets du temps à me séparer de ce qui ne me convient plus ou pas!
J'ai lu des itinéraires, des critiques à l'écriture parfaite, des SMS du bout du monde...
J'ai lu Eparse, et voilà ce que j'ai eu envie d'en dire...
Lire le premier roman d’une personne qu’on a l’impression de connaître un peu génère d’abord un drôle de sentiment ... l’appréhension je crois ... la peur d’être déçue par celle que l’on a aimé lire depuis toute ces années, celle de ne pas être objective sur la lecture ou d’aimer par complaisance ...
Mais dès les premières pages, dès les premières lignes j’ai su que rien ne se passerait de tout ça...je retrouvai le style de Lisa, celle que j’ai l’impression de connaître un peu par écrans interposés, celle qui sait poser des mots sur les maux qui sait exprimer ce qui nous reste « là ».
Dans Eparse, Lisa nous livre des fragments d’elle même , de son histoire, de son enfance ponctuée de flash-backs dans les 70/80’s, à sa vie d’adulte qui s’est construite puis désintégrée et dans laquelle elle tente de recoller les morceaux épars pour se donner un autre départ ... une histoire de fille, de femme, de mère, d’amante ... une histoire de quarantenaire qui fait le point ... entrecoupée par des références musicales ( si tu savais combien d’artiste j’ai découvert grâce à toi) ,de phrases d’enfants , d’extraits de films ou de livres qui nous parlent forcément ...
Une introspection qui est la sienne et que l’on s’imaginerait facilement être notre .
Un livre de femmes qui parle aux femmes ...
❤️
"Parce que c'est mon grand problème ça, comprendre, comme si tout pouvait être expliqué, comme si tout devait être décodé. J'aime donner du sens, à tout, tout le temps. Ca m'épuise. je voudrais pouvoir laisser couler, comme l'eau qu'elle laisse ruisseller du robinet et qui suit toujours un même chemin, s'échappe et disparaît. Je voudrais que ça me glisse dessus, toutes ces idées noires et ces inquiétudes inutiles, que cela s'évanouisse sans laisser de traces. Je l'observe et je me demande si elle est comme ça, si elle n'est faite que de légéreté, si elle sait régler son compte aux incertitudes, si elle agit sans penser à l'après. Parce que moi c'est toujours l'après qui me triture les méninges, et demain, et après demain, et si, et si. Je donnerais n'importe quoi pour me soustraire à ces scénarios."

Commentaires

MLGIGI a dit…
Je le lis doucement Eparse, comme on suce un bonbon...
"Anticiper ses malheurs, c'est les vivre deux fois", quand les idées noires me taraudent, quand je fulmine intérieurement, j'essaie toujours de m'accrocher à cette devise. Le plus difficile pour moi, souvent, c'est d'accepter que tout le monde ne fonctionne pas comme moi...
Mais je sais que tu es une bien belle personne Céline, est là est bien l'essentiel.
@mlgigi
😚😚😚😚😚😚
Je crois que sur certains points on se ressemble un peu ...😉
Merci à toi d’avoir toujours confiance en moi!
Big hug
Laisser couler... cette sensation perdue que je m'éfforce de retrouver aussi...
Agnes Pical a dit…
Je suis en train de terminer "éparse" et je n'ai pas envie de le finir tellement je me reconnais. Merci pour ce beau conseil de lecture. L'année commence merveilleusement bien, grâce à vous (à toi). Merci.
C A R O P I. a dit…
Ah tiens! je retiens de ce billet une envie de changement pour lequel tu t'interroge très fortement ! Hâte d'en savoir plus ;)
Ce livre est partout sur IG! invasion sur mon fil d'actualité... j'ai envie de le lire forcément... alors si cela en te dérange pas, réserve-le moi pour notre prochaine rencontre ;)
Je t'embrasse.
Marie a dit…
Bien envie de le lire aussi. Il est probablement rempli de références culturelles qui vont beaucoup me plaire... ��
@ag’es
Le tutoiement s’impose ici avec plaisir ;-)
Je suis heureuse de lire que je vous donne envie de lire et qui plus est que vous avez également aimé .

@caro
Je te le prêterai avec plaisir et ce serait drôlement chouette qu’on se voit vite ;-)

@Marie
Je crois que ce livre parlera inévitablement à toutes les quarantenaires :-)
Marie a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Marie a dit…
Alors je pense que je devrais apprécier sa lecture ;-)
**gaelle** a dit…
Très bel hommage de ta part à Lisa (j'attends avec impatience de le recevoir). Quel chemin depuis maman chevalier ou le point sur le i.
@gaelle
En effet que de chemin parcouru ...ça semble magique ...et fou ...et magique ...
Si tu aimais le point sur le i, sans nul doute tu aimeras le livre de Lisa
Bonne lecture
eme_cologie a dit…
Bien envie de la lire cette Lisa que je ne connaissais pas ... j'aime les histoires de femmes qui parlent aux femmes. Ta description me fait penser au livre "la condition pavillonnaire " de Sophie DIvry connaissez vous ?
@eme_cologie
je n'ai pas lu la condition pavillonnaire mais je crois que c'est un livre qui traite du sujet traité dans le film "la vie domestique" avec Emanuelle Devos que j'aime beaucoup pour ce qu'il évoque et soulève...
eme_cologie a dit…
Oui !!! Tiens ça me donne envie de le relire 😉
Tin of tea a dit…
Je ne suis pas rebelle dans l'âme (quoique!) mais j'ai toujours trouvé que ça sonnait un peu faux, qu'il y avait trop d'images toutes faites et de clichés/facilité, d'impudeur peut-être je ne sais pas... du coup je ne suis pas la déferlante instagrammique de ce bouquin (pas blogosphérique hein, puisque comme tu dis c'est une terre un peu esseulée!)... D'ailleurs c'est ce qui me pique avec Instagram aussi, la facilité, mettre deux mots bancals côte à côte et que ça fasse "beau", pencher un peu le napperon et que ce soit une photo comme ci ou comme ça, dur d'y trouver de l'authentique, ça crée un grand mouvement de stéréotypification (sic!). Mais moi je suis un peu old school voire judéo chrétienne peut être bien... Je n'aime pas les étiquettes, alors un monde faits de hashtags brrr! bises!
@Clémence:
peut être parce que moi aussi je suis un peu old school/judéo chrétienne j'avais quelques appréhensions avant d'ouvrir ce roman, et puis finalement comme je l'ai écrit précédemment mes appréhensions se sont vite envolées... je suis moi aussi très différente de ce que peut être Lisa, mais malgré tout je me suis retrouvée dans certains propos...j'ai retrouvé l'écriture qui était la sienne à l'époque du blog "le point sur le i", et j'ai adhéré, non pas pour suivre une quelconque mode instagrammique, juste parce que je lui trouve le talent de savoir exprimer certaines choses de la féminité , de la condition de mère ou de femme que je ressens et que je ne sais coucher sur papier, et puis les références aux années 80 me parlent aussi...forcément puisque je suis aussi une fille des années presque 80 :-)
enfin voila je ne cherche pas à défendre cet ouvrage plus qu'un autre et j'aime que chacune dépose ici son avis qu'il soit raccord au mien...ou pas :-)
quand à Instagram, je trouve que comme sur les blogs à l'époque il y a tellement de comptes que chacune peu y trouver son bonheur, et c'est ce que j'aime...une uniformisation...une stéréotypification...certainement, mais pas plus surement qu'à l'époque ou les blogs étaient en vogue il me semble...
moi aussi j'aligne parfois deux mots bancals côté à côte, pas pour faire beau, ni pour la prétention de me donner un "style" mais plus par pudeur, par l'envie de laisser deviner sans se mettre à nu vraiment...
enfin voilà...
merci en tout cas pour cet échange.
j'ai fini hier le livre que tu m'a envoyé et je l'ai aimé aussi (mon côté paradoxal vois tu! :-)
des bises

Articles les plus consultés