Les rencontres d’Arles 2018,

Si l’année passée en repartant des rencontres trois expositions m’étaient restées en tête dont je peux encore aujourd’hui citer les noms des photographes, cela n’a pas vraiment été le cas cette année. Pas de « crush » pour une expo en particulier …au sens photographique du terme.
 J’ai bien sûr aimé les photos de Robert Franck et celles de Depardon, même si je préfère ses photos de patelins Français à celles qu’il a fait de l’Amérique.
J’ai aimé l’expo « The Train » qui relate en images le dernier voyage (= convoi funéraire) de Robert F. Kennedy de New York à Washington, photographié de plusieurs points de vue (depuis le train, par les gens qui regardaient passer le train, et ensuite la reconstitution de nos jours de ce drôle de voyage) et par plusieurs photographes, parce qu’il montre une face de l’Amérique que je trouve assez « fascinante » même si je ne suis pas certaine que ce soit le mot!
J’ai aimé l’exposition sur Grozny (par Olga Kravets, Maria Morina et Oksana Yushko) pour la qualité de ses images, l’émotion qu’elles dégageaient  mais aussi parce que la photo en tant que vecteur de l’information me semble parfois plus forte que les mots…
Dans la même veine j’ai aimé les portraits comme des tableaux de Wiktoria Wojciechowska des combattants et des victimes de la guerre en Ukraine.
J’ai aimé le village Potemkine de Gregor Sailer, les photos de ces villes de papier carton, ces leurres qui photographiés bien cadrés semblent si réalistes…l’exemple même que la photo peut laisser croire des choses qui ne sont pas…
J’ai aimé les photos de la vie quotidienne au nord de l’Angleterre prises par Géraldine Lay, parce que c’est un style photographique dont je me sens proche…le quotidien, les scènes de vie…
J’ai été touché par le projet de Christophe Loiseau sous l’impulsion de JM Gremillet de proposer aux détenus de la prison d’Arles un atelier de photo où ils ont pu se mettre en scene.
J’ai aimé des photos de ci de là je crois dans chacune des expositions parcourues.
J’ai regretté bien sûr que septembre n’offre plus le loisir de parcourir l’ensemble des expositions, mais de toute façon une seule journée n’aurait pas suffit a les voir toutes…
Et puis je voulais vous parler de mon coup de coeur de ces rencontres…mon coup de coeur ce n’est pas vraiment une exposition de photo même s’il y en avait , mon coup de coeur cette année c’est une installation et elle s’appelle HOPE 
Dans Hope il y avait le projet de Patrick Willocq (mon histoire est une histoire d’espoir) sur Saint Marthory, un petit village de Haute Garonne qui à l’été 2016 a accueilli sans l’aval de ses habitants un centre pour demandeurs d’asile. Un projet qui raconte par l’image le parcours de chacun des protagonistes…des peurs du début: peur de l’inconnu, inquiétude, méfiance, à l’arrivée des migrants et aux liens qui ont pu se tisser avec certains d’entre eux…Une exposition dont le petit documentaire filmé et l’installation de plusieurs dizaines de gilets de sauvetage collectés sur les plages de Lesbos en Grèce m’ont émue aux larmes…
 Une exposition où une fois encore la photo, l’image est le vecteur de l’information et vous atteint de plein fouet…
Il y a une petite vidéo récapitulative de cette expo ICI (on clique)

Une fois de plus il y a d’un côté les images lisses, photogéniques, jolies pour reprendre une expression enfantine,
Et puis il y a les expositions qui touchent parce qu’elles vont au delà de l’image…
Alors bien sûr il n’y a pas là de photos qu’on aurait envie d’accrocher dans son salon (quoique!), et pourtant ce sont certainement ces expos là qui laissent le souvenir le plus « fort ».
Comme l’année passée Mathieu Asselin avait su m’interpeller avec son exposition sur Monsanto , Patrick Willocq l’a fait cette année avec ce sujet sur les migrants.
(Plus d’info sur cette expo en "google-isant » le nom de l’expo ou le photographe).

Commentaires

Ange porte 33 a dit…
Nous , on a une belle expo , la tienne!! Ton regard est magnifique... j’adore toutes les photos que tu as prise...merci de partager tout cela coup de coeur ou pas avec nous😀
cterine a dit…
C'est marrant, je sors d'une conférence d'une photographe subaquatique en eau douce qui nous parlait de l'importance du témoignage de ses images pour qu'on se rende compte des dégâts dans les rivières. Moins "photogéniques" et moins populaires que les images sous-marines, ses photos sont impressionnantes et montrent, encore une fois, à quel point la nature est belle, même là où on n'y pense pas forcément et là où on en parle le moins parce que moins médiatiques... Pourtant que c'est beau...
Si ça t’intéresse : http://www.refletsdeaudouce.fr/galerie/
@angé
Merci pour ton retour si enthousiaste ! ❤️

@Catherine
Je vais aller voir ça ...
Anonyme a dit…
Cette vidéo sur les migrants me fait penser au livre "pêcheurs d'hommes" d'Éric Valmir. Livre que j'ai bcp aimé peut être parce que j'ai rencontré l'auteur à Noirmoutier cet été mais surtout parce qu'il évoque le regard d'un jeune homme qui vit à Lampedusa et comment les insulaires vivent sur ce p'tit bout de terre avec les migrants. Ce livre interroge sur le monde de demain... Delph de Vendée
Comme si on y était... tes comptes rendus sont toujours captivants !!
@Delph
Je note ce titre dont le sujet je pense m’interressera Sûrement ...

@Virginie
Merci 😉😘
Elise a dit…
Wuaonh super bravo bisous
chris a dit…
Great photography, really like your composition!

Articles les plus consultés